Ris ou pas ris

 

En ce printemps 2012 le vent est soutenu et c’est le moment de se poser la question.

 

N’oublions pas nous sommes sur lac de montagne et non en mer ce qui veut dire qu’en cas de vent soutenu il y a de fortes chances que nous ayons des surventes passagères de 2 ou 3 beaufort.

 

 Alors prendre 1 ris ou pas cela dépend

 

Si vous êtes débutant pas d’hésitation prendre  le ris ou réduire le génois , ou les 2 ; Si vous êtes plus expérimenté la question peut être posée .

 

Si avec 1 ris vous avancez à la vitesse limite du bateau pas de soucis vous êtes plus que serein, mais si dans le vent « normal » vous êtes en dessous de cette vitesse la réflexion est de mise .

 

Une survente appelée claque dure un temps qui semble plus ou moins long mais en fait passe relativement vite (10 à 30 secondes). Il suffirait donc d’avoir quelques outils pour saluer cette claque

Encore une fois, être certain de sa compétence et de posséder les outils ( barre d’écoute , et palan de pataras ) d’autant qu’avec un peu de pratique il est possible à la seconde près de savoir quand une claque va frapper . En scrutant la surface de l’eau ; on voit très bien le frisottement annonciateur se déplacer ainsi que sa direction et il n’est pas rare de décompter le temps avant l’impact.

 

Avant l’impact , il suffit de raidir le pataras et de prendre en main le bout retenant le chariot d’écoute et pendant la claque descendre le chariot d’écoute pour ouvrir le plan de voilure sans toutefois laisser faseyer la grand voile . reprendre du chariot dès que possible puis de repositionner le palan de pataras. Si même avec cette manœuvre le voilier lofe il est très probable que le génois ne soit pas suffisamment bordé .

 

Si malgré tout vous passez votre temps à jouer du violon ou à laver le liston et les hublots sous le vent ,le plus simple serait de prendre 1 ris ( ou de réduire le génois)

 

Par contre le fait de porter toute la toile , dans les « sous ventes «  le bateau ira plus vite et peut-être aurez –vous la chance d’être en tête du peloton .

 

Ne pas oublier qu’un bateau surtoilé dérive et donc se situer à la limite du lof pour compenser le cap

Bon amusement et bon mal de bras 

 

PS : calcul de la vitesse limite :  2.4 x racine carrée de longueur de flottaison

 

 

                                                                                                                  Marc Bourbiaux

ris ou pas ris
© 2018 JNC-MB
Météo Maisod
juranauticclub.fr